Expressions, Simulations, Perceptions

Journées PsyPhINe 2017

Mercredi 15 novembre 2017 – 14:00 – Jeudi 16 novembre 2017 – 18:00
Salle A.104      Nancy
psyphine2017

Dans nos interactions les plus quotidiennes, nous tentons de percevoir les intentions d’autrui à partir d’indices multiples et d’expressions variées. Cela vaut des interactions verbales, où l’expression est réglée par nombre de principes implicites, qu’ils relèvent de la grammaire, de la sémantique ou de la pragmatique. Cela vaut également des interactions non verbales, l’expression étant alors gestuelle et plus largement corporelle. Ainsi cette perception n’est-elle pas restreinte à l’interaction avec des êtres humains capables de parler : elle semble s’étendre aux interactions avec certains animaux et, pour ce qui nous intéresse, avec certaines machines qui n’utilisent pas de ressources verbales. La capacité d’expression d’une machine robotisée paraît cruciale pour permettre l’interaction. Comment donc perçoit-on ce qu’exprime le « corps » d’une machine ? Qu’est-il possible d’exprimer ? Une réactivité minimale doit-elle être implantée pour donner à percevoir des intentions ? L’expression est-elle une simulation, ou une délégation de l’expression d’intentions voire d’émotions par un concepteur ?
Ces questions seront au cœur des contributions aux Journées PsyPhINe 2017.

Projections, Interactions, Emotions

Journées PsyPhINe 2016

Mardi 13 décembre 2016 – 14:00Mercredi 14 décembre 2016 – 18:00
Nancy, MSH Lorraine (salle internationale)
 psyphine2016

Nous sommes de plus en plus souvent invités à entrer en relation avec des robots ou des machines, que ce soit à des fins pratiques (thérapeutiques, professionnelles, scientifiques) ou ludiques. Mais quel est ce type de relation, qui semble dépasser rapidement le simple usage fonctionnel, la réaction automatique et l’action mécanique, pour s’ouvrir à quelques interactions lors desquelles nous tentons d’interpréter le comportement de ces machines? Nous leur attribuons des intentions, une certaine forme de volonté, parfois même des émotions, tout en reconnaissant par ailleurs leur caractère d’objets construits, programmés par des hommes. Est-il donc légitime de parler d’interaction, et si oui, dans quelles conditions, selon quels critères? L’aspect humanoïde de la machine est-il nécessaire pour que nous soyons enclins à lui prêter des états mentaux? N’est-ce pas parce que nous reconnaissons déjà, dans le robot, une certaine disposition à communiquer avec nous que nous tentons ensuite de le comprendre, de décrypter ses attitudes? Et si nous acceptons de l’humaniser en lui trouvant des airs curieux, en le jugeant sympathique, hautain ou facétieux, pourquoi refuser de le considérer aussi comme intelligent, doté de conscience et d’attention à l’autre? Une machine « artificiellement intelligente »? Qu’est-ce que cela change à l’ensemble de nos échanges (sociaux, juridiques, affectifs)?

 

 

PsyPhINe

L’interaction homme/robot cognitif conduit naturellement à des questions d’interprétation du comportement du robot (attribution ou non d’intelligence et d’intentions par le sujet, degrés de confiance dans le dispositif technique). Se proposant d’explorer les attributions de comportements intelligents à des robots, le projet veut initier une réflexion systématique et interdisciplinaire, ainsi que des expérimentations autour d’un test de Turing non-verbal. Le projet « PsyPhINe » réunit des chercheurs en Intelligence Artificielle, en psychologie et en philosophie, autour des thèmes de l’intelligence, de la cognition naturelle et artificielle, et de l’émergence. Hébergé depuis 2011 par la MSH Lorraine (USR 3261), il bénéficie en 2015 d’un soutien à Projets Exploratoires du Loria (UMR 7503), et d’un PEPS Mirabelle (Université de Lorraine – CNRS).